Autour de la crise des gilets jaunes

January 23, 2019

 

 

Voici l'éditorial (en deux parties) du Père Jullien de Pommerol, curé de l a Croix Rousse sur le sujet, et l'invitation à la soirée-débat du Mardi 5 février à 20h30 à la maison Saint Augustin - 35 rue Jacquard

 

1ère partie, publiée le samedi 19 janvier 2019

 

Faut-il en parler ?

Depuis le mois de novembre, notre pays est marqué par ce qu’on appelle « la crise des gilets jaunes ». Le 11 décembre dernier, les évêques de France ont publié un « appel au catholiques de France et à nos concitoyens » face à une « crise révélatrice d’un malaise très profond et très ancien, qui engendre une grave défiance envers les responsables politiques ». Nul ne pouvait imaginer qu’au moment où ce message était publié, ce mouvement populaire se poursuivrait, voire même peut-être s’intensifierait.

 

Bien plus, les évêques écrivaient : « Il serait à coup sûr très dommageable que cette situation délétère se prolonge. Mais chacun sent, plus ou moins confusément, que la sortie de crise sera difficile car les enjeux sont tout autres que conjoncturels : il en va de notre capacité collective d’espérer et de bâtir l’avenir ». De plus, et sans préjuger des détresses dont elles sont le témoignage, l’immense variété des revendications amène à se poser la question de leur niveau d’insertion dans ce que l’on considère come le bien commun et à condition de s’en mettre d’accord. Entre ce qui relève de la motivation personnelle et ce qui construit une société durablement, l’éventail est très large.

De plus, et malgré l’hypermédiatisation de cette situation, dans un contexte de déploiement de moyens de communication en tout genre, « Nous constatons que notre démocratie manque de lieux d’échange et de réflexion qui pourraient permettre l’émergence à une large échelle de suggestions positives élaborées ensemble. L’affaiblissement de nombreux partis politiques et un recul significatif de l’engagement syndical contribuent à ce déficit. Où nos concitoyens trouveront-ils des lieux appropriés pour ce travail si urgent ? ».

 

Depuis le président de la République a pris l’initiative d’un grand débat national. Il serait très imprudent d’en évaluer d’avance l’intérêt, et peut-être plus ajusté de laisser sa chance à cette proposition. « L’Église catholique dispose d’un maillage de milliers de paroisses, réparties sur l’ensemble de notre territoire et riches de la présence de multiples mouvements… À ce moment de notre histoire, nous pouvons le montrer et apporter notre contribution pour aider notre société tout entière à surmonter la crise qu’elle traverse. Sans se substituer aux politiques, l’Église offre un espace pour faire grandir la fraternité ».

 

Ainsi il n’y a pas une manière proprement paroissiale de participer à ce débat, mais une approche distanciée et différenciée, dans deux directions. La première pour dire une espérance concrète à partir de l’Evangile, et la seconde pour envisager en quoi cette situation est susceptible de changer aussi notre institution ecclésiale et ce d’abord au plan local.

C’est pourquoi notre équipe d’animation pastorale a fait le choix de proposer une soirée débat ouverte à tous le mardi 5 février à 20h30. Nous vous invitons à en noter déjà la date et dans les jours qui viennent des précisions seront apporter sur le fond comme sur la forme.

 

Suite à paraître le samedi 26 janvier 2019...

 

 

 

Please reload

Posts à l'affiche

Reprise des messes en public

May 23, 2020

1/1
Please reload

Posts Récents