Les concerts de la Croix-Rousse 

 

en 2017, l'association des amis de l'orgue de Saint Augustin devient

"Les Concerts de La Croix Rousse"

35, rue Jacquard 69004 Lyon 

 

Depuis 2016 Ils se déroulent à l'église Saint-Augustin ou à l'église Saint Denis
Le dimanche à 16 h

Libre participation aux frais

 

Contact Presse : Michelle JOATTON, secrétaire générale

michelle.joatton@wanadoo.fr  - 06 07 39 45 51

Saison 2018 - 2019

En miroir

 

C’est le thème de cette 14ème saison. En musique, comme en art, c’est un peu comme mettre en perspective à partir d’un lien toujours singulier, voire inattendu. La programmation 2018-2019 des Concerts de la Croix-Rousse tente de mettre en regard l’ensemble des concerts et chacun des programmes. Une nouvelle invitation à la découverte…

 

Dimanche 21 octobre 16h à Saint Augustin : Mandolin’Variation

 

Créé en 1991, l’ensemble réunit sept musiciens jouant des instruments à plectre, la mandoline, la mandole, le mandoloncelle et la guitare. Longtemps connue pour interpréter les sérénades napolitaines, la mandoline riche d’un registre exceptionnel par son timbre peut s’approprier un répertoire riche et varié à découvrir.

 

 

Dimanche 18 novembre 16h à Saint Denis : Musica Nova

Habitué des Concerts de la Croix-Rousse, Musica Nova propose cette année de faire découvrir les pièces du recueil Motteti del Fiore de plusieurs célèbres compositeurs du XVIe siècle dont certains de la région lyonnaise. Un répertoire exceptionnel d’œuvres poignantes liées à la thématique pénitentielle très en vogue dans les cercles lyonnais.

 

Dimanche 16 décembre 16h à Saint Denis : La Cigale de Lyon

La Cigale compte parmi les chœurs d’enfants les plus réputés de la région lyonnaise. Plusieurs fois invité aux Concerts de La Croix-Rousse, l’ensemble propose cette année un programme autour de la thématique de Noël.

Leslie PEETERS, direction - Cécile COTTIN, piano

 

Hodie Christus natus est, antienne grégorienne

 O vous tous gens de la terre, César Geoffray 

Magnificat, Javier Busto

 ld Abram brown, Benjamin Britten -  

Hommage à la terre, Isabelle Aboulker -  

Les Rocs, Guillaume Connesso  - 

N’gana, Stephen Leek

 Noël provençal, arr Christian Wagner –

 Brume,  Francine Cockenpot/ harm César Geoffray  -

 Au diapason,Serge Yslan

 Ah ! Si mon moine voulait danser, trad québécois arr Donald Patriquin

 Kasar, Alberto Grau    

 Le poinçonneur des lilas, Serge Gainsbourg 

Vuelie, Frodje Fjellheim & Christophe Beck

 Every time I feel the spirit, arr Rollo Dilworth 

Acto del mar, Alberto Grau.

Voir le site internet de la Cigale de Lyon

Dimanche 20 janvier 2019 16h à Saint Augustin : Musique vocale

Depuis les origines, les Concerts de la Croix-Rousse invitent des ensembles nouvellement créés. C’est le cas de cet ensemble autour de Nelly Chambost, soprano, Floriane Galabourda, mezzo-soprano,  Violeta Coutaz, piano et Alexandre Nicole, baryton-basse. Ils proposent un programme d’œuvres de l’époque baroque : Purcell, Haendel, Bach, Vivaldi…

 

 

Dimanche 10 mars 16h à Saint Augustin : carte blanche aux cuivres

 

Les étudiants de fin de cycle de la classe de cuivres du Conservatoire à rayonnement régional de Lyon proposent un programme varié, original et vivant sous forme de carte blanche.

 

 

Dimanche 7 avril 16h à Saint-Denis : Les Jeunes Cordes de France et orgue

 

En clôture de la saison, Les Jeunes Cordes de France s’associent aux organistes titulaires de la Croix Rousse Yves Jaffrès et Jean-Luc Cusey pour un programme original à 4 mains et cordes, en particulier autour des Concertos de Michel Corrette (1707-1795) dont Yves Jaffrès a restitué les partitions.

 

 

 

Les concerts ont lieu 

- Eglise Saint-Augustin, 27 rue Denfert-Rochereau 69004 Lyon  (angle rue Jacquard)

Métro Hénon, bus 2, 45, C13 et C18

- Eglise Saint-Denis, 2 rue Hénon 69004 Lyon (angle Grande rue de la Croix-Rousse)

Métro Hénon, bus C13 et C18

L’association Concerts de la Croix Rousse organise chaque année une saison musicale de bonne qualité, avec une série de 6 concerts les dimanches après-midi, tout au long de l’année. Elle veille à l’entretien et la valorisation des instruments des trois églises Saint-Augustin, Saint-Denis et Sainte-Élisabeth.

Contact : Michelle Joatton - michelle.joatton@wanadoo.fr - 06 07 39 45 51

 

 

 

L'orgue de Saint Denis

Le premier document qui atteste la présence d’un instrument dans l'église Saint-Denis date de 1838. Il s’agit alors d’édifier une tribune pour installer un orgue. Cette tribune ne sera achevée qu’en 1845. Cependant nous possédons les noms de plusieurs organistes qui se sont succédé depuis 1841 !

Nous ne savons rien de ce premier instrument qui, à bout de souffle, fut remplacé par un nouvel orgue, construit par le facteur lyonnais GUETTON-DANGON vers 1880. C'était, bien entendu, un instrument d'esthétique romantique. Il avait 15 jeux répartis sur deux claviers manuels et un pédalier. Il était placé dans le chœur, sous le cul-de-four. L'organiste jouait à la console située sous le buffet.

En 1937, 1'orgue fut installé à la tribune par le facteur Athanase Dunand ; la traction devint électrique ; le matériel sonore, sans aucune modification, fut distribué en deux corps situés de part et d'autre de la rosace centrale.

La maison Dunand de Villeurbanne construisit en 1968 un orgue neuf qui fut inauguré le 15 mai de cette même année. L'esthétique du nouvel instrument est toute différente. La traction mécanique impose de rassembler tout l’orgue en un seul grand corps. Pratiquement toute la tuyauterie existante est réutilisée, mais elle est rediapasonnée et harmonisée dans 1'esprit d’un orgue du XVIIIème siècle. II fallait pour cela ajouter une dizaine de jeux nouveaux et en particulier toutes les mixtures, inexistantes dans l’orgue primitif.

En 1981 un premier relevage a été effectué, car les noyaux des jeux d'anche fortement oxydés nécessitaient un traitement. Ce fut également l’occasion de compléter 1'instrument d'un clairon de pédale dès la construction.

Vingt-cinq ans plus tard, en 2006, un second relevage s'avérait nécessaire : la poussière s'accumulait partout ; la fiabilité des moteurs de tirage de jeux devenait que problématique ; certains tuyaux (en alliage assez mou) s'étaient affaissés sous leur propre poids lors de la canicule de 2003. Le travail a été confié aux établissements Olivier Bernard ; ce dernier avait déjà participé au relevage de 1981. Les quelques 1.800 tuyaux ont été réaccordés et l'orgue peut maintenant continuer de servir la musique et la liturgie, pendant encore un bon quart de siècle...

Composition de l'instrument :

Grand Orgue        

(56 notes)

Positif expressif

(56 notes)

Pédale

(32 notes)

Bourdon 16

Flûte à cheminée 8

Principal 16

Principal 8

Dulciane 8

Soubasse 16 (empruntée au GO)

Bourdon 8

Unda Maris 8

Flûte 8

Prestant 4

Principal cônique 4

Principal 4

Flûte à cheminée 4

Nasard 2 2/3

Bombarde 16

Doublette 2

Quarte 2

Trompette 8

Fourniture IV rangs

Tierce 1 3/5

Clairon 4

Cymbale II rangs

Sifflet 1

 

Trompette 8

Plein jeu IV rangs

 

Cromorne 8

Basson-Hautbois 8

 

 

Clairon 4

Tirasses I, II – Acc. II/I – Appel anches GO – Appel anches Positif

 

 

Les grandes Orgues, saint Augustin, installées sur la tribune ont été entièrement reconstruites, par la manufacture Henry Saby (Drôme), en 1977, elles ont été inaugurées le 24 novembre 1977. La transmission est mécanique. Composées de 80 tuyaux, elles comportent : 
 - un grand orgue de 9 jeux, 
 - un positif de dos de 6 jeux, 
 - une pédale de 4 jeux , 
 - une console, en fenêtre avec deux claviers manuels de 56 notes et un pédalier de 32 touches. 
La colonne du cierge pascal provient des fouilles de l’ancienne basilique de St Augustin à Hippone, aujourd’hui Annaba, en Algérie. (Cf. historique près de la colonne.) 
Le long des nefs latérales 14 tableaux, comme un chemin de croix, réalisés, par le peintre et paroissien Lucien Marduel, représentent le chemin des femmes dans l’histoire du Christ.
Dans la chapelle du Saint Sacrement, un tableau de P.-L. CRETEY, Saint Augustin et l’enfant au coquillage  de 1684  (ci-contre). D’origine lyonnaise, Crétey a passé par mal de temps à Rome et revient dans la région peu après 1680. Il a peint en outre les deux immenses toiles que l’on peut voir dans le réfectoire du Palais St Pierre (musée des Beaux-arts).

© 2015 par Ensemble paroissial Croix Rousse - LYON. Créé avec Wix.com

  • facebook
  • Twitter Round
  • googleplus
  • flickr